Le Créateur et son sceau

Bannière

L'immortalité !

Bannière

Nombre de visiteurs

Nous avons 18 invités en ligne
I-10/La justification par la foi PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   

La justification par la foi

 
 
 

« Heureux l'homme à qui l'Eternel n'impute pas l'iniquité, et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude ! »  Psaume 32:2

 
 
 
 UNE CONDITION DESESPEREE
 
 
 1 Combien ont péché ?
 Romains 3:9-12,19
 
 2 Comme résultat du péché, quelle est la condition de l'homme sans Christ ?
 Ephésiens 2:11,12
 
 3 Quelle description nous est donnée du coeur naturel ?
 Jérémie 17:9;Esa 1:4-6
 
 4 Quelle déclaration de l'Ecriture Sainte nie la possibilité de justification par la loi ?
 Romains 3:20
 
 
 
 LA ROBE DE JUSTICE
 
 
 5 Quelle illustration représente l'expérience du pécheur ?
 Zacharie 3:1-3
 
 6 Sur l'ordre de l'ange, quel changement eut lieu ?
 Zacharie 3:4,5
 
 7 Quel vêtement porteront les rachetés ?
 Matthieu 22:11;Apocalypse 19:7,8
 
 
 
 LA RECOMPENSE DE LA FOI ET DE LA REPENTANCE
 
 
 8 Quel plan Dieu a-t-il conçu pour la justification du pécheur ?
 Romains 3:21-26
 
 Note - La justification est bien plus que le simple pardon du péché.  Vous pouvez pardonner une transgression, mais cela ne justifie pas celui qui l'a commise. La justification implique beaucoup plus que cela. C'est l'acte par lequel Dieu considère   comme justes ceux qui ne le sont pas.  C'est un acte judiciaire par lequel l'innocence du croyant est pleinement établie. Mais c'est plus encore. Justifier le pécheur consiste non seulement à lui accorder le pardon des péchés, mais aussi à le sauver du péché. La justification est, devant Dieu, le changement de la position de culpabilité et de condamnation à la position de justice parfaite et complète. C'est l'effacement de toute culpabilité, la justification de tout péché et de toute souillure. Elle comprend la rémission complète de tout péché, et l'imputation de la justice de Jésus-Christ au pécheur repentant ; de sorte que nous pouvons paraître, en présence du Dieu saint, délivrés de toute injustice. C'est un acte accompli par Dieu seul. Lui et Lui seul est Celui qui nous justifie.  L'homme ne peut absolument  rien faire qui puisse justifier une faute commise. Nous sommes justifiés par la foi, et non par les oeuvres. Le pécheur croit, et Dieu transforme sa foi en réalité.  « Vous êtes pécheur. Vous ne pouvez faire propitiation pour vos péchés passés, vous ne pouvez changer votre coeur et le sanctifier. Mais Dieu promet de faire tout cela pour vous par Jésus-Christ. Vous croyez à cette promesse. Vous confessez vos péchés et vous donnez à Dieu. Vous voulez le servir. Tout aussi certainement que vous faites cela, Dieu accomplira sa parole à votre égard. Si vous croyez à la promesse - que vos péchés sont pardonnés et que vous êtes purifié - , Dieu transforme votre foi en réalité. Vous êtes guéri, tout cela  aussi certainement que le paralytique auquel Jésus a donné la force de marcher dès qu'il crut à sa guérison. La chose est, dès que vous croyez. » Le meilleur chemin, p. 48, 49.
 
 9 comment Abraham obtint-il la justice ?
 Romains 4:23
 
 Note - « Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice.  » L'obéissance sur parole d'Abraham est l'un des exemples de foi et de confiance en Dieu les plus frappants que nous trouvons dans le récit sacré. Abraham avait mis sa foi dans les promesses de Dieu, et avait agi d'après cette promesse avant même que sa fidélité paraisse. Pour lui, c'était une réalité, puisque Dieu l'avait promis. Une telle foi est rare, mais c'est cette simple confiance que Dieu désire inspirer à tous les coeurs humains afin qu'ils se préparent pour la terre promise.
 
 10 Que répondit Pierre à ceux qui lui demandaient ce qu'ils devaient faire pour être sauvés ?
 Ac 2:38;3:19
 
 11 Quelle merveilleuse promesse est faite à tous ceux qui confessent leurs péchés ?
 1Jean 1:9
 
 Note - « Une confession véritable est toujours précise et avoue des péchés déterminés. Certains péchés sont d'une nature délicate et ne peuvent être confessés qu'à Dieu seul ; d'autres doivent être confessés à ceux qui en ont été victimes ; d'autres enfin sont des fautes publiques et exigent une confession publique. Mais toute confession doit être explicite, directe, et nommer les péchés mêmes dont on s'est rendu coupable. ...  « Une confession ne sera jamais acceptée par Dieu si elle n'est pas accompagnée d'un repentir sincère et d'une réforme. Il faut qu'un changement radical de la vie l'accompagne et que tout ce qui n'est pas agréable à Dieu soit mis de côté. » Le meilleur chemin, p. 36, 37.
 
 12 Pour l'amour de qui les péchés sont-ils effacés ?
 Esa 43:25,26
 
 13 Dans quelle mesure le pécheur qui croit est-il séparé de ses péchés ?
 Psaume 103:12
 
 14 Avec quelle tendresse le Seigneur considère-t-il le pécheur pardonné?
 Psaume 103:13,14
 
 
 
 LE BONHEUR DES RACHETES
 
 
 15 Que pouvons-nous conclure, après avoir vu toutes ces promesses ?
 Romains 3:28
 
 16 Quelle est l'expérience de ceux qui sont justifiés par la foi ?
 Romains 5:1
 

Pour une famille épanouie

Le foyer idéal

D'aucuns objecteront que le foyer idéal est une utopie : "Nous voulons, diront-ils, quelque chose de réaliste, de pratique, et non des théories."

Certes, nous ne réaliserons sans doute pas en tout point notre idéal. Mais il est nécessaire que nous nous fixions certains buts à atteindre. "En accrochant notre char à une étoile", selon le proverbe, nous ne monterons peut-être pas plus haut que le rosier, mais du moins ne resterons-nous pas enlisés dans la boue.

Se tracer un idéal, ce n'est nullement bâtir des châteaux en Espagne. Cela signifie se fixer un objectif élevé, définir la direction que l'on veut prendre. Un idéal donne à l'homme une espérance, faute de quoi il n'est guère plus qu'un animal. Au bout du compte, les idéaux nous permettent d'obtenir des résultats concrets. "Les idéaux, a dit S.D. Gordon, sont le diapason de Dieu grâce auquel nous pouvons être en harmonie avec la musique de la vie" -Quiet Talks on Home Ideals, p. 19.

Lire la suite...

Principes de santé physique et mentale

2/2 - l'hygiène chez les Israélites
Chez les Israélites, la santé occupait une large place. Sorti de l'esclavage avec des habitudes de malpropreté, et ignorant l'hygiène, ce peuple fut soumis à un discipline très rigoureuse avant d'entrer dans le pays promis. Les principes de la santé lui furent enseignés, et des lois sanitaires, prescrites.

Mesures préventives

La distinction entre les choses pures et impures n'était pas observée dans le riuel religieux seulement, mais aussi dans les multiples devoirs de la vie quotidienne. Les personnes atteintes de maladies contagieuses étaient isolées du camp et ne pouvaient y retourner qu'après un lavage à fond de leur personne et de leurs vêtements.

Pour celui qui était affligé d'une maladie contagieuse, les instructions suivantes étaient données : "Tout lit sur lequel il couchera, ... tout objet sur lequel il s'assiéra, sera impur. Celui qui touchera son lit lavera ses vêtements, se lavera, et il sera impur jusqu'au soir. Celui qui touchera sa chair lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau, et sera impur jusqu'au soir..."

La loi concernant la lèpre indique la minutie avec laquelle ces règles devaient être appliquées : "Aussi longtemps qu'il aura la plaie, il sera impur : il est impur. Il habitera seul ; sa demeure sera hors du camp. Lorsqu'il y aura une plaie de lèpre sur un vêtement de laine ou sur un vêtement de lin, à la chaîne ou à la trame, sur la peau ou sur l'ouvrage quelconque fait de peau, c'est une plaie de lèpre invétérée : l'objet est impur.... Il sera brûlé au feu."

De même, tout immeuble qui présentait des symptômes le rendant impropre à être habité devait être détruit. Le prêtre, était-il dit, fera abattre "la maison, les pierres, le bois, et tout le mortier de la maison ; et l'on portera ces choses hors de la ville, dans un lieu impur. Celui qui sera entré dans la maison pendant le temps qu'elle était fermée sera impur jusqu'au soir. Celui qui aura couché dans la maison lavera ses vêtements. Celui qui aura mangé dans la maison lavera aussi ses vêtements.
Lire la suite...

Reflexions

Le baobab, arbre de vie
Arbre typique de l’Ouest africain et de Madagascar,
le baobab est un don du ciel qui permet aux humains
de se nourrir, se soigner, s’abriter et s’équiper.
Explications.



Le baobab n’est pas un arbre comme les autres. Gris, massif, énorme, il a tout du « pachyderme » végétal. Et si le baobab du sud de Madagascar est le géant de la famille (20 à 25 mètres de haut), son cousin africain se signale par un tour de taille impressionnant : 24,50 mètres (8 mètres de diamètre) pour le plus gros connu, aux environs de Dakar (Sénégal).

La plupart du temps dénudé, sans feuilles, sans ombre, écrasé de soleil, le baobab tend ses branches courtes et tortueuses vers le ciel, sa silhouette étrange se détachant avec une étonnante omniprésence dans les vastes étendues semi-désertiques.
Lire la suite...
Je ne suis pas de ceux qu’on dompte, mais qu’on apprivoise – quand on sait s’y prendre.
Emile Leclercq – Histoire de deux armurières

Animé par Joomla!.
Warning: call_user_func(tdo) [function.call-user-func]: First argument is expected to be a valid callback in /home/users5/m/menis/www/Rtecielaout10/templates/themza_j15_55/html/pagination.php on line 153
Valid XHTML and CSS.